Le développement en période de bouleversements

Voir le replay

Le développement en période de bouleversements

Dans un discours prononcé à Khartoum, à quelques jours des Assemblées annuelles 2021, David Malpass a exposé les moyens de relancer la croissance, de lutter contre le recul de l’égalité entre les sexes et du développement humain, et de faire face à l’augmentation des inégalités et au changement climatique.

Une discussion modérée a suivi le discours.

Lire la transcription du discours

Intervenant

Animé par

Transcription


  • 00:01 [Assemblées annuelles 2021]
  • 00:41 [Kholood Khair] Bonjour et bienvenue
  • 00:42 à l’assistance présente ici à Khartoum, au Soudan,
  • 00:45 et à nos téléspectateurs dans le monde entier.
  • 00:47 Je m’appelle Kholood Khair.
  • 00:48 Je suis directrice générale associée d’Inside Strategy Partners,
  • 00:51 un groupe de réflexion basé ici au Soudan.
  • 00:53 Je suis également présentatrice de l’émission Spotlight 249 sur Capital Radio.
  • 00:58 Je serai votre modératrice.
  • 01:00 Avant de présenter nos orateurs, quelques mots sur l’événement.
  • 01:04 Comme nous le savons tous, il n’y a pas un seul pays
  • 01:07 qui n’ait été touché par la COVID-19.
  • 01:09 La pandémie a bouleversé le monde
  • 01:11 et nous a permis de remettre en question beaucoup de normes et hypothèses.
  • 01:15 Aussi immense qu’ait été ce défi,
  • 01:17 il nous a également fourni d’importants enseignements.
  • 01:19 Nous avons appris à nous adapter, à nous battre et à survivre.
  • 01:23 La pandémie nous a clairement montré à quel point nous sommes tous intimement liés les uns aux autres,
  • 01:26 et combien nous ne sommes pas à l’abri de ce qui se passe
  • 01:29 à l’autre bout du monde.
  • 01:30 Autant nous nous sommes efforcés de devenir plus forts et plus résilients,
  • 01:33 autant nous avons appris l’importance d’avoir un objectif commun
  • 01:36 et de travailler en partenariat pour relever les défis
  • 01:39 auxquels nous sommes confrontés.
  • 01:41 C’est l’objectif des Assemblées annuelles 2021 du Groupe de la Banque mondiale
  • 01:44 prévues pour la semaine du 11 octobre.
  • 01:48 Elles réuniront des dirigeants du monde entier issus de gouvernements,
  • 01:51 du monde des affaires et de la société civile à l’occasion de ces importants échanges.
  • 01:55 En prélude à ces rencontres, nous entendrons aujourd’hui
  • 01:57 le président du Groupe de la Banque mondiale, David Malpass,
  • 02:00 qui s’exprimera sur la façon dont les pays peuvent travailler ensemble
  • 02:02 et se soutenir mutuellement pour atteindre une croissance économique durable,
  • 02:05 une prospérité partagée et être préparés à faire face aux crises.
  • 02:08 Avant d’écouter David, nous allons entendre Son Excellence
  • 02:11 le Dr Abdalla Hamdok, Premier ministre de la République du Soudan.
  • 02:15 Excellence, vous avez la parole.
  • 03:03 [Propos inaudibles]
  • 03:11 [Propos inaudibles]
  • 03:15 [Propos inaudibles]
  • 03:17 [Abdalla Hamdok] Excellence, Monsieur David Malpass,
  • 03:19 président du Groupe de la Banque mondiale,
  • 03:21 Monsieur le vice-président régional de la Banque mondiale,
  • 03:25 Monsieur le vice-président régional de l’IFC,
  • 03:28 Mesdames et Messieurs les ministres, les dirigeants et les représentants du monde académique,
  • 03:33 des partis politiques, de la société civile, du secteur privé et de la jeunesse,
  • 03:40 Mesdames et Messieurs les chefs et les représentants des missions diplomatiques,
  • 03:45 des organisations régionales et internationales,
  • 03:47 chers participants, Mesdames et Messieurs,
  • 03:51 C’est un grand honneur pour le Soudan et pour l’Afrique
  • 03:58 que vous, Monsieur le président, délivriez votre discours annuel de positionnement
  • 04:06 ici à Khartoum, à distance de marche de
  • 04:11 la confluence du Nil,
  • 04:14 qui a vu les flux et reflux de l’histoire depuis des millénaires.
  • 04:21 C’est en effet un moment historique.
  • 04:25 Ce jour nous rappelle la visite du Président Robert McNamara,
  • 04:34 il y a bientôt 50 ans.
  • 04:38 Il voulait s’assurer que
  • 04:41 l’Accord de paix d’Addis-Abeba de 1972,
  • 04:47 qui a mis fin à l’une des plus longues guerres civiles de l’Afrique,
  • 04:52 soit ancré sur la prospérité, la stabilité politique
  • 04:58 et le développement économique.
  • 05:01 Encore une fois, votre visite intervient à un autre moment charnière de l’histoire du Soudan.
  • 05:10 La Révolution de décembre 2018 a été menée par des femmes et des jeunes
  • 05:15 qui exigeaient une rupture décisive avec les dernières décennies
  • 05:22 de conflit, d’isolement, d’autoritarisme et de corruption.
  • 05:29 Notre ambition commune est de mettre fin au conflit interne
  • 05:35 une fois pour toutes,
  • 05:38 d’instaurer la justice et l’obligation de rendre compte
  • 05:40 et de sortir de la période de transition
  • 05:44 comme une démocratie à part entière et un pôle de stabilité dans cette région.
  • 05:54 Nous n’avons aucun doute Sur le fait que cette transition
  • 05:58 ne peut réussir que si elle est ancrée sur
  • 06:02 la prospérité économique de tous les Soudanais,
  • 06:08 sans distinction de sexe, de lieu, de race, de religion et de niveau de revenu.
  • 06:18 Nous savons que notre économie a besoin de réformes profondes et fondamentales,
  • 06:25 de remédier aux déséquilibres, de renforcer la gouvernance économique,
  • 06:30 d’établir la stabilité et de libérer le secteur privé.
  • 06:37 Je dois dire, en tant qu’observateur critique,
  • 06:42 qu’avec vous à la tête de la Banque mondiale, au fil des ans,
  • 06:45 la Banque a évolué au point d’accepter
  • 06:52 et de tolérer la différence en matière de politiques,
  • 06:56 l’appropriation nationale et le partenariat
  • 06:59 dans le cadre de la convergence mondiale de la pensée sur le développement.
  • 07:07 Lorsque nous avons lancé nos réformes économiques en 2020,
  • 07:13 nous avons apprécié le fait que la Banque mondiale ait pris l’initiative
  • 07:19 de nous soutenir et d’encourager les autres à le faire.
  • 07:24 Nous sommes reconnaissants à l’endroit de tous les pays
  • 07:26 qui aident le Soudan à atteindre le point de décision de l’Initiative PPTE
  • 07:33 et l’accord du Club de Paris.
  • 07:35 Nous sommes pleinement conscients
  • 07:38 du rôle actif que joue la Banque mondiale pour la réalisation de ces objectifs.
  • 07:43 Nous vous en remercions.
  • 07:45 En outre, la Banque mondiale a débloqué une enveloppe de plus de 3 milliards de dollars
  • 07:53 sous forme de projets et de programmes afin de soutenir
  • 07:57 les secteurs de l’agriculture, de l’eau, des transports, de l’électricité, des soins de santé, de l’éducation,
  • 08:04 de l’appui aux familles et bien d’autres priorités.
  • 08:08 L’IFC se mobilise également dans l’identification des actions et des investissements du secteur privé.
  • 08:17 Nos réformes ont commencé à porter des fruits malgré
  • 08:23 les défis liés à la COVID-19, aux inondations et l’afflux de réfugiés
  • 08:29 des pays voisins.
  • 08:32 L’inflation a baissé de 35 % en août.
  • 08:37 Notre monnaie s’est stabilisée.
  • 08:40 Notre déficit commercial a diminué pour atteindre 1,2 milliard de dollars
  • 08:47 au cours du premier semestre de 2021,
  • 08:51 contre 2,1 milliards de dollars au cours du premier semestre de 2020.
  • 09:01 Les exportations non pétrolières sont en hausse.
  • 09:04 Les envois de fonds sont passés de 136 millions au premier semestre de 2020
  • 09:14 à 717 millions de dollars au premier semestre de cette année.
  • 09:21 Les dépôts et financements bancaires sont également en augmentation.
  • 09:25 Monsieur le président, Mesdames et Messieurs,
  • 09:29 le chemin qu’il nous reste à parcourir pour atteindre nos objectifs est escarpé.
  • 09:35 De nombreuses familles ont perdu leurs moyens de subsistance,
  • 09:40 des millions d’enfants ont perdu une année complète de scolarité
  • 09:45 et il y a une pression croissante
  • 09:47 sur des mécanismes de prestation de services déjà faibles.
  • 09:52 Pour maintenir les acquis et relever les défis,
  • 09:56 nous devons faire des progrès dans un certain nombre de domaines importants.
  • 10:01 Nous devons renforcer notre gouvernance économique,
  • 10:04 notamment en veillant à ce que les entreprises publiques en dehors du secteur de la sécurité soient
  • 10:10 placées sous la gouvernance transparente du ministère des Finances.
  • 10:15 Nous devons également reconstruire une fonction publique efficace
  • 10:20 sur la base du mérite et mettre l’accent sur les résultats.
  • 10:24 Nous devons développer notre capital humain
  • 10:27 et veiller à ce que chaque fille, chaque garçon, chaque femme et chaque homme,
  • 10:34 dans toutes les régions du pays,
  • 10:37 ait la possibilité de mener une vie sûre, saine et productive.
  • 10:46 Pour ce faire, nous devons autonomiser les jeunes d’aujourd’hui
  • 10:51 et les générations futures grâce à une éducation et à des compétences appropriées,
  • 10:56 mettre en place des systèmes de prestation de services sociaux efficaces
  • 11:01 et créer des emplois valorisants.
  • 11:04 Nous voulons tirer parti de la technologie pour faire un grand bond en avant et reconstruire
  • 11:10 nos infrastructures et notre secteur financier.
  • 11:14 Nous voulons aussi développer les régions longtemps négligées
  • 11:18 et marginalisées du Soudan.
  • 11:22 Notre objectif est de veiller à ce que les réformes conduisent à
  • 11:25 une croissance équitable et durable et à la prospérité.
  • 11:30 Excellences, distingués invités, Mesdames et Messieurs,
  • 11:34 Nous avons l’opportunité de remettre le Soudan
  • 11:38 sur la trajectoire d’une croissance forte.
  • 11:41 Le Soudan est doté d’énormes ressources naturelles et humaines.
  • 11:47 De la bande côtière de la mer Rouge à l’Est
  • 11:53 à la forêt de gomme arabique à l’ouest,
  • 11:56 le Soudan est riche en terres fertiles, en eau et en minerais.
  • 12:03 Le Soudan possède environ 10 % des terres arables disponibles dans le monde,
  • 12:09 est le troisième plus grand exportateur d’or en Afrique et le huitième dans le monde,
  • 12:16 possède parmi les plus grandes ressources animales en Afrique,
  • 12:19 et 80 % de ses terres peuvent produire les plus hauts niveaux
  • 12:25 d’énergie solaire et éolienne.
  • 12:28 Mais notre plus grande richesse c’est notre capital humain :
  • 12:32 une population jeune et nombreuse, courageuse et déterminée,
  • 12:37 des jeunes femmes et hommes travaillant à la construction d’un Soudan
  • 12:43 divers, démocratique, juste et prospère.
  • 12:49 Le gouvernement de transition œuvre avec engagement à poser
  • 12:53 des bases solides pour un avenir radieux
  • 12:57 pour tous les citoyens de ce grand pays.
  • 13:01 Cela nécessitera d’immenses investissements,
  • 13:04 des ressources financières et techniques,
  • 13:06 la participation active du secteur privé,
  • 13:11 et le soutien continu des partenaires internationaux.
  • 13:16 Le peuple soudanais a supporté le coût très élevé des réformes
  • 13:23 et nous ne pouvons pas prendre leur patience pour acquise.
  • 13:28 Nous souhaitons rapidement atteindre une situation où les résultats de ces réformes
  • 13:36 seront ressentis par les Soudanais ordinaires.
  • 13:40 Nous voulons bâtir la confiance nécessaire
  • 13:44 pour inciter le secteur privé à investir et à créer des emplois et de la prospérité.
  • 13:49 Pour conclure, nous avons hérité
  • 13:55 d’une situation extrêmement difficile, celle d’un pays
  • 13:58 aux prises avec des conflits
  • 14:02 durant l’essentiel de ses 65 années d’indépendance.
  • 14:06 Les 30 dernières années ont été extraordinairement difficiles.
  • 14:10 Notre parcours est semé de tant de défis et de risques,
  • 14:15 mais nous sommes déterminés et résolus à rompre
  • 14:20 avec notre passé et à œuvrer à l’instauration d’une paix et
  • 14:26 d’un développement durables et de la démocratie,
  • 14:30 qui sont au cœur des espoirs et des aspirations de notre peuple.
  • 14:34 Je vous remercie de votre aimable attention. Merci.
  • 14:52 [Kholood Khair] Merci beaucoup, Excellence.
  • 14:53 Il est aujourd’hui plus important que jamais
  • 14:56 de bâtir des coalitions et la confiance mondiale
  • 14:58 dans la transition dirigée par des civils au Soudan.
  • 15:00 Je vais maintenant demander au président du Groupe de la Banque mondiale, David Marpass,
  • 15:04 de bien vouloir prononcer son discours en prélude aux Assemblées annuelles.
  • 15:06 David, la parole est à vous.
  • 15:24 [David Malpass] Merci beaucoup Kholood.
  • 15:28 Je tiens à remercier chaleureusement le Premier ministre Hamdok
  • 15:33 pour cette chaleureuse présentation, heureux de vous retrouver après deux années,
  • 15:39 Notre dernière rencontre s'est produite était aux États-Unis.
  • 15:43 Depuis il y a eu de nombreuses évolutions à travers le monde.
  • 15:46 Je suis ravi de vous revoir.
  • 15:48 Mesdames et messieurs, c'est un grand plaisir pour moi
  • 15:52 de m'exprimer aujourd'hui depuis l'Afrique,
  • 15:55 en particulier en ces temps difficiles pour le continent et le monde.
  • 16:00 C’est un sentiment encore plus spécial d’être ici, dans le Friendship Hall du Soudan
  • 16:05 en ce moment historique. Près du confluent du Nil,
  • 16:10 comme l'a indiqué le Premier ministre.
  • 16:13 Au cours des dernières années, vous avez accompli des efforts considérables
  • 16:16 pour mettre les populations sur la voie du progrès, malgré des conditions très difficiles.
  • 16:22 Il y a deux ans, le gouvernement de transition du Soudan
  • 16:24 a hérité d’une économie et d’une société profondément endommagées,
  • 16:29 qui avaient subi des décennies de conflit et d’isolement.
  • 16:32 Alors même que les Soudanais se sont résolus à rompre avec le passé
  • 16:37 le pays a dû faire face à d’extraordinaires vents contraires :
  • 16:41 la pandémie de COVID-19, une invasion de criquets, des inondations sans précédent
  • 16:48 et un afflux de réfugiés fuyant le conflit
  • 16:52 de l’autre côté de la frontière.
  • 16:53 Pourtant, le pays a poursuivi ses réformes audacieuses,
  • 16:57 renouant avec la communauté internationale,
  • 17:00 réglant ses arriérés auprès de la Banque mondiale avec l’aide d’un prêt-relais des États-Unis
  • 17:04 et atteignant en juin le point de décision de
  • 17:07 l’Initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE).
  • 17:12 Je salue les progrès accomplis par le Soudan en matière de stabilisation macroéconomique,
  • 17:17 notamment l’apurement des arriérés, l’unification de son taux de change,
  • 17:21 ralentissement de l'inflation, dont j'ai discuté avec le ministre des Finances, la
  • 17:26 la diminution des pénuries et la suppression des subventions aux carburants.
  • 17:31 J'ai eu le grand privilège de rencontrer plusieurs ministres,
  • 17:36 aujourd'hui même, et ce fut un grand plaisir.
  • 17:41 Bien qu’il reste beaucoup à faire, je félicite les autorités soudanaises,
  • 17:46 civiles et militaires, pour les efforts qu’elles ont déployés et les résultats qu’elles ont obtenus
  • 17:50 en travaillant ensemble à l’édification d’un pays unifié,
  • 17:52 tolérant et capable d’offrir un avenir meilleur
  • 17:56 à tous ses citoyens.
  • 17:58 Il est essentiel d’éviter les dérapages politiques,
  • 18:01 car il n’y a pas de développement sans paix ni stabilité.
  • 18:06 Je voudrais également saluer la remarquable résilience
  • 18:09 du peuple soudanais :
  • 18:11 votre volonté de construire un Soudan meilleur
  • 18:14 malgré les défis est une réelle source d’inspiration.
  • 18:18 Nous traversons une période extraordinairement difficile pour le Soudan, l’Afrique
  • 18:23 et des milliards de personnes à travers le monde.
  • 18:26 La perte des acquis du développement menace la vie des populations,
  • 18:31 leurs emplois et leurs moyens de subsistance.
  • 18:33 Dans de nombreuses régions du monde, la pauvreté augmente,
  • 18:36 le niveau de vie et les taux d’alphabétisation baissent,
  • 18:39 et les acquis en matière d’égalité des sexes, de nutrition et de santé
  • 18:44 reculent.
  • 18:46 Pour certains pays, le poids de la dette, qui était déjà insoutenable avant la crise,
  • 18:49 ne cesse de s’alourdir.
  • 18:53 Loin de voir leur situation s’améliorer, les pauvres sont laissés à la traîne
  • 18:56 dans une tragédie mondiale de l’inégalité.
  • 19:00 Ce rétrécissement radical du progrès économique et social
  • 19:04 crée une période de bouleversements dans l’économie, la politique
  • 19:09 et les relations géopolitiques.
  • 19:12 Alors que certaines économies avancées consacrent des milliers de milliards de dollars
  • 19:17 à des programmes de dépenses et à l’achat d’actifs par les banques centrales,
  • 19:21 les pays à faible revenu sont confrontés à une inflation élevée, à un nombre trop faible d’emplois,
  • 19:27 à une pénurie de vaccins et de denrées alimentaires et au coût élevé de l’adaptation
  • 19:32 à des défis climatiques qu’ils n’ont pas créés.
  • 19:36 En cette période troublante de bouleversements, le défi pour les populations
  • 19:40 — et pour la communauté du développement — est d’écourter la crise, de
  • 19:44 relancer le développement et de poser des bases solides pour un avenir
  • 19:48 plus prospère et mieux préparé
  • 19:51 à faire face à des catastrophes telles que la COVID-19.
  • 19:54 Pour lutter contre la perte des acquis du développement,
  • 19:56 nous aurons besoin de nouvelles approches solides adaptées
  • 19:59 à cette période très difficile.
  • 20:01 Nous devons mieux cibler nos efforts,
  • 20:04 fixer des priorités claires en mesurant
  • 20:07 ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas, et amplifier rapidement les succès.
  • 20:14 La crise de la COVID-19 a entraîné une nouvelle augmentation des taux de pauvreté
  • 20:18 après des décennies de baisse constante.
  • 20:21 Elle a fait basculer près de 100 millions de personnes dans l’extrême pauvreté,
  • 20:25 plusieurs centaines de millions d’autres dans la pauvreté, dont
  • 20:29 beaucoup dans les pays à revenu intermédiaire.
  • 20:32 L’accumulation du capital humain a pris du retard,
  • 20:37 la plupart des écoles ayant fermé pendant des mois, voire des années,
  • 20:40 et certaines n’ayant toujours pas rouvert.
  • 20:43 La crise a également imposé un lourd tribut aux entreprises et aux gouvernements.
  • 20:47 Les fermetures d’entreprises se sont multipliées et de nombreuses sociétés
  • 20:50 qui sont restées actives sont aujourd’hui surendettées ou en retard de paiement.
  • 20:55 Les gouvernements ont enregistré d’importants déficits budgétaires,
  • 20:57 poussant souvent la dette publique à des niveaux dangereusement élevés
  • 21:01 qui exigent des décisions d’investissement particulièrement prudentes
  • 21:05 de la part des secteurs public et privé.
  • 21:08 Et pourtant, la crise a également entraîné des transformations sans précédent.
  • 21:13 Nous constatons une augmentation du nombre d’entreprises nouvellement créées.
  • 21:18 Le capital-risque a explosé et les entreprises innovantes se multiplient.
  • 21:24 Nous constatons que des secteurs tels que les technologies de l’information,
  • 21:27 la logistique et la finance, qui ont tous une forte composante numérique,
  • 21:32 sont en plein essor tant dans les économies avancées
  • 21:34 que dans les pays en développement.
  • 21:38 Cette révolution numérique ne signifie pas seulement une croissance plus rapide
  • 21:41 dans les secteurs basés sur les technologies de l’information :
  • 21:44 elle offre la possibilité de transformer d’autres secteurs tels que l’éducation,
  • 21:49 la santé et même l’agriculture.
  • 21:53 J'ai eu le grand plaisir de rencontrer à la fois
  • 21:55 le ministre des Télécommunications, le ministre de l'Agriculture et le ministre
  • 21:58 des Affaires étrangères aujourd'hui.
  • 22:02 Ce faisant, cette révolution numérique réduira la mainmise
  • 22:04 des intérêts particuliers qui entravent la concurrence.
  • 22:09 La crise de la COVID-19 a peut-être donné un coup de fouet
  • 22:12 à la destruction créatrice qui est le moteur de la croissance économique.
  • 22:18 La grippe espagnole de 1918 à 1920 a provoqué des ravages et des décès
  • 22:24 comparables à ceux de la crise de la COVID-19.
  • 22:27 Pourtant, elle n’a pas été suivie par une décennie perdue,
  • 22:30 mais plutôt par les Années folles.
  • 22:34 C’était une période de croissance économique extrêmement rapide,
  • 22:37 mais aussi une période où les inégalités sociales se sont creusées
  • 22:41 et où de dangereuses vulnérabilités financières se sont accumulées,
  • 22:45 pour aboutir à l’interminable Grande Dépression.
  • 22:49 La question qui s’adresse à la communauté internationale est la suivante :
  • 22:52 « Que devons-nous faire pour stimuler une croissance qui soit inclusive,
  • 22:56 à large assise et durable, et éviter la perte d’une décennie de développement ? »
  • 23:02 Il pourrait être tentant de dire : « Gardons le cap et consolidons
  • 23:06 notre approche d’avant la crise. »
  • 23:09 Compte tenu des défis que représentent la démographie, le climat, les maladies et la dette,
  • 23:15 il est clair que cela ne sera pas suffisant.
  • 23:17 Et la bonne nouvelle, étant donné les progrès de la technologie,
  • 23:21 de la communication, de l’innovation et de la coopération,
  • 23:25 c’est que cela n’a pas à être suffisant — nous ne sommes pas limités aux approches d’avant la crise.
  • 23:32 Nous pouvons — et devons — aspirer à faire plus de deux manières.
  • 23:35 Tout d’abord, nous devons nous concentrer davantage sur les priorités clés,
  • 23:39 en clarifiant notre manière de les aborder et de les mesurer.
  • 23:43 Par exemple, l’une des priorités mondiales consiste à réduire les émissions de GES,
  • 23:45 ce qui nécessite de classer les principaux émetteurs par ordre d’importance
  • 23:52 et de mesurer les réductions de manière claire et transparente.
  • 23:57 Nous devons en outre œuvrer à une échelle beaucoup plus grande pour obtenir un réel impact.
  • 24:03 Nous avons besoin de programmes d’éducation, de nutrition et de vaccination
  • 24:06 qui touchent des centaines de millions d’enfants.
  • 24:10 Nous avons besoin de programmes de transfert numérique d’argent liquide capables de fournir les ressources nécessaires
  • 24:15 à des milliards de personnes lors de la prochaine crise.
  • 24:18 Pour faire face au changement climatique,
  • 24:21 nous avons besoin de milliers de projets public-privé de grande envergure
  • 24:25 qui combinent les ressources du monde entier — des gouvernements, des banques multilatérales de développement, des fondations,
  • 24:31 ddes investisseurs privés et des acheteurs de crédits carbone
  • 24:35 — afin de réduire les émissions de carbone et d’accroître l’accès à l’électricité.
  • 24:41 Et nous avons besoin de milliers d’autres projets
  • 24:43 qui aident les populations à s’adapter au changement climatique
  • 24:48 de manière à sauver des vies.
  • 24:53 Le Groupe de la Banque mondiale reste déterminé à réduire la pauvreté
  • 24:57 et à stimuler la prospérité partagée dans ses pays clients
  • 25:01 — pour les habitants des pays les plus pauvres comme pour ceux des pays à revenu intermédiaire
  • 25:05 qui sont laissés à la traîne.
  • 25:07 Il s’agit de donner à chacun la possibilité de profiter
  • 25:11 de la révolution numérique, mais aussi de donner aux femmes les moyens d’agir
  • 25:16 et de protéger les jeunes filles pour neutraliser les sources profondément ancrées d’inégalité.
  • 25:23 Les réformes majeures risquent d’être difficiles,
  • 25:25 alors que les économies sortent à peine de la crise
  • 25:28 et que de nombreux citoyens sont complètement exclus de la reprise.
  • 25:32 Pour donner un nouveau souffle au développement,
  • 25:35 une des grandes priorités immédiates consiste à sécuriser l’accès aux vaccins
  • 25:40 et à accélérer leur déploiement.
  • 25:43 De plus, il y a quatre domaines d’intervention clés
  • 25:47 dans lesquels une action résolue devrait faire la différence.
  • 25:51 Premièrement, assurer la stabilité économique.
  • 25:53 De nombreux pays en développement ont déployé des efforts extraordinaires
  • 25:57 pour soutenir leur population et maintenir l’activité économique pendant la pandémie.
  • 26:00 pendant la pandémie.
  • 26:02 Beaucoup sont allés au-delà de ce qu’ils pouvaient se permettre,
  • 26:05 d’autant plus que la dette dans les économies en développement
  • 26:08 atteignait des sommets lorsque la pandémie a frappé.
  • 26:13 À la mi-2021, plus de la moitié des pays IDA
  • 26:19 — les pays les plus pauvres du monde — sont en situation de surendettement extérieur
  • 26:23 ou risquent fortement de l’être.
  • 26:25 Cette situation pourrait s’aggraver si les prix des matières premières sont instables,
  • 26:30 si les taux d’intérêt augmentent ou si les investisseurs perdent confiance
  • 26:34 dans les marchés émergents.
  • 26:37 Lorsque l’Initiative de suspension du service de la dette (ISSD)
  • 26:41 expirera à la fin de cette année,
  • 26:43 les pays à faible revenu qui recommenceront à s’acquitter du service de la dette
  • 26:47 verront leur marge de manœuvre budgétaire se réduire,
  • 26:50 limitant leur capacité à acheter des vaccins
  • 26:53 et à financer d’autres dépenses prioritaires.
  • 26:57 Il est temps d’entreprendre un assainissement des finances publiques progressif et axé sur la population
  • 27:04 et de restructurer les dettes insoutenables.
  • 27:08 Une mise en œuvre renforcée et accélérée du Cadre commun
  • 27:13 sera essentielle à cet égard.
  • 27:16 Nous avons besoin d’une coopération mondiale, y compris la participation du secteur privé,
  • 27:20 pour alléger la dette des pays les plus pauvres du monde
  • 27:24 et financer des investissements favorisant la croissance.
  • 27:27 Au Soudan, par exemple, une coopération mondiale
  • 27:31 incluant les États-Unis, la France et le Royaume-Uni
  • 27:35 a permis au pays d’apurer les arriérés du pays
  • 27:38 auprès de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international et d’autres institutions financières internationales,
  • 27:43 rendant ainsi possible un allégement de la dette de plus de 50 milliards de dollars
  • 27:48 dans le cadre de ce qui sera la plus grande initiative PPTE jamais lancée.
  • 27:52 Il est vital que les pays éliminent les dépenses publiques inutiles,
  • 27:57 rendent la prestation de services plus efficace et réaffectent les ressources publiques
  • 28:02 à leurs usages les plus productifs.
  • 28:05 C’est également le moment de gérer la dette de manière proactive afin de rééchelonner
  • 28:08 les paiements tant que les taux d’intérêt internationaux restent bas.
  • 28:14 Des mesures concrètes doivent être prises
  • 28:16 pour améliorer la transparence des accords de prêt,
  • 28:20 accroître la responsabilité financière et s’assurer que les décisions s’appuient
  • 28:24 sur des informations complètes.
  • 28:27 Les pays à faible revenu devraient donner la priorité aux financements concessionnels
  • 28:31 et éviter les financements à taux d’intérêt élevés qui deviennent de plus en plus problématiques.
  • 28:38 Il sera essentiel
  • 28:40 d’adapter ce programme d’action à chaque pays et de mesurer les progrès accomplis.
  • 28:45 Deuxièmement, tirer parti de la révolution numérique.
  • 28:50 L’adoption plus rapide de solutions numériques
  • 28:53 peut élargir considérablement l’accès au financement
  • 28:55 et créer de nouvelles opportunités économiques.
  • 28:58 Elle peut accroître la concurrence sur les marchés de produits
  • 29:02 et permettre aux individus de vendre des services en ligne,
  • 29:05 en leur donnant accès aux marchés nationaux et mondial.
  • 29:09 Le soutien à cette transformation nécessite de nombreuses mesures à grande échelle :
  • 29:15 investir dans l’infrastructure numérique,
  • 29:17 éliminer les monopoles dans le secteur des télécommunications,
  • 29:20 fournir des identifiants nationaux
  • 29:23 et créer un environnement réglementaire favorable.
  • 29:27 Le potentiel est évident dans l’ensemble du monde en développement, y compris en Afrique.
  • 29:32 Au Soudan, par exemple,
  • 29:34 huit citoyens sur dix possèdent un téléphone portable
  • 29:37 et une proportion similaire possède un identifiant national.
  • 29:40 La révolution numérique peut également transformer le secteur public.
  • 29:45 Par exemple, elle permet de repenser complètement les systèmes de protection sociale.
  • 29:50 Dans le monde entier, nous voyons des programmes passer
  • 29:53 de la fourniture de prestations en nature et en espèces à une distribution par voie numérique,
  • 29:58 directement sur le compte bancaire des individus ou de manière visible sur leurs téléphones.
  • 30:03 De même, dans les secteurs formel et informel,
  • 30:07 de nouveaux systèmes de paiement permettent d’effectuer quotidiennement des achats par téléphone,
  • 30:11 en utilisant des codes QR et d’autres technologies.
  • 30:15 Le Kenya et de nombreux autres pays africains possèdent une grande expérience en la matière.
  • 30:21 Dans de nombreux pays à revenu intermédiaire, le passage à l'administration en ligne,
  • 30:25 aux services gouvernementaux électroniques,
  • 30:28 peut faciliter l'accès aux services publics pour les ménages et les entreprises.
  • 30:33 Les systèmes de passation de marchés électroniques peuvent réduire les opportunités
  • 30:38 de corruption, tout en améliorant
  • 30:40 la transparence et l'efficacité du gouvernement.
  • 30:52 Le troisième sujet que je souhaite aborder est de rendre le développement
  • 30:55 plus vert et durable.
  • 30:58 La communauté internationale est fermement engagée
  • 31:00 à ralentir l'augmentation du carbone atmosphérique
  • 31:04 et à réduire les impacts climatiques sur les plus vulnérables.
  • 31:08 Une étape clé consiste à arrêter la création de nouvelles centrales électriques au charbon, à
  • 31:14 déclasser les centrales existantes et à les remplacer
  • 31:18 par des sources d'électricité plus propres.
  • 31:22 Nous devons soutenir les pays dans une transition juste,
  • 31:25 ce qui inclut la prise en charge des travailleurs
  • 31:28 affectés par la transition.
  • 31:30 La transition est de plus en plus réalisable à
  • 31:33 mesure que les innovations technologiques réduisent le coût de l'énergie propre.
  • 31:38 Reconnaissant le coût énorme de cette entreprise, les
  • 31:41 efforts doivent se concentrer sur les transitions les plus percutantes.
  • 31:46 C'est également le moment de redynamiser les réformes du secteur de l'électricité,
  • 31:50 souvent au point mort .
  • 31:52 Les subventions à l'énergie sont coûteuses et entraînent des
  • 31:55 distorsions, tandis que leur suppression doit être effectuée
  • 31:58 de manière à résoudre les inefficacités sous-jacentes
  • 32:01 et à améliorer l'accès.
  • 32:05 Viser une énergie propre et abordable
  • 32:08 nécessite une concurrence dans la production et la distribution d'électricité,
  • 32:13 ainsi qu'un régulateur véritablement indépendant.
  • 32:16 L'engagement du Soudan envers la réforme du secteur de l'électricité
  • 32:20 est important à tous ces égards.
  • 32:23 Le transport est une autre source importante d'émissions de gaz à effet de serre.
  • 32:28 Avec plus d'urbanisation attendue dans les pays en développement, les
  • 32:33 infrastructures et la conception des villes peuvent faire une énorme différence.
  • 32:38 Au lieu de villes métropolitaines tentaculaires
  • 32:41 où les navetteurs passent des heures sur la route, les
  • 32:44 gouvernements peuvent viser des villes plus compactes
  • 32:48 dotées de systèmes de transport public efficaces et propres.
  • 32:52 Dans les efforts liés au changement climatique, à la fois l'atténuation et l'adaptation,
  • 32:56 et l'effort de développement plus largement,
  • 32:59 nous devons prioriser et concentrer les efforts
  • 33:01 pour le plus grand impact par dollar dépensé
  • 33:05 et rechercher des solutions qui sont rapidement évolutives.
  • 33:09 Et le quatrième domaine que je voulais mentionner
  • 33:11 est l'investissement dans les gens.
  • 33:13 Le Premier ministre en a mentionné et souligné l'importance.
  • 33:18 La crise montre que des systèmes de santé solides et efficaces
  • 33:22 doivent être à l'avant-garde de la préparation des pays aux chocs futurs.
  • 33:27 L'accès et le déploiement du vaccin COVID-19 sont désormais des priorités aiguës,
  • 33:33 tandis que d'autres vaccinations sont également essentielles
  • 33:36 pour contrôler d'autres maladies mortelles telles que le paludisme.
  • 33:41 Le renforcement des systèmes d'éducation et de santé ne
  • 33:43 se limite pas à fournir des ressources budgétaires de manière
  • 33:47 efficace et prioritaire.
  • 33:50 Par exemple, il est essentiel d' aligner les incitations
  • 33:52 pour les enseignants et les prestataires de soins de santé,
  • 33:55 publics ou privés,
  • 33:57 avec les besoins des personnes qu'ils servent.
  • 34:02 Et trouver des solutions évolutives pour améliorer les soins de santé
  • 34:06 et la qualité de l'éducation,
  • 34:09 y compris grâce à l'apprentissage à distance, est également essentiel.
  • 34:14 Nulle part l'accumulation de capital humain n'est plus importante que
  • 34:18 dans les pays touchés par des conflits,
  • 34:20 où vivent aujourd'hui la majorité des pauvres.
  • 34:24 L'assistance aux réfugiés et aux communautés d'accueil est une priorité essentielle.
  • 34:28 La sécurité est essentielle, mais les soldats ne peuvent pas gagner
  • 34:32 la bataille du développement.
  • 34:34 Le changement est plus susceptible de provenir de petites victoires
  • 34:37 remportées par des millions de foyers au fil du temps.
  • 34:42 Par exemple, c'est au niveau de la famille et de la communauté
  • 34:46 que nous construisons l'acceptation pour les femmes de travailler à l'extérieur de la maison,
  • 34:50 pour que tous les enfants soient scolarisés
  • 34:53 et pour que les contributions des filles soient reconnues.
  • 34:57 En effet, éduquer les filles, c'est plus que
  • 35:00 leur fournir des compétences.
  • 35:02 Cela signifie favoriser l'autosuffisance et encourager leurs aspirations.
  • 35:09 C'est dans l'intérêt de tous.
  • 35:11 Combler les écarts entre les sexes offre des retombées économiques massives
  • 35:15 pour les pays en développement,
  • 35:16 y compris les plus fragiles et les plus touchés par les conflits.
  • 35:21 Rien de tout cela ne sera facile, mais le Groupe de la Banque mondiale
  • 35:24 est doté et positionné de manière unique pour soutenir les pays
  • 35:27 avec les quatre priorités que j'ai décrites,
  • 35:30 par le biais du financement et du savoir-faire d'un gouvernement,
  • 35:33 tout en mobilisant le secteur privé.
  • 35:36 Nous avons une expérience inégalée de travail avec les pays, en
  • 35:40 utilisant des experts techniques dans tous les secteurs clés.
  • 35:44 La plupart de notre personnel vient de pays en développement,
  • 35:47 apportant souvent l'expérience des innovations en matière de développement
  • 35:51 qu'ils ont aidé à mettre en œuvre dans leurs pays et régions d'origine.
  • 35:55 Je suis particulièrement reconnaissant au personnel de la Banque mondiale
  • 35:58 qui est ici aujourd'hui et qui a travaillé sur le Soudan.
  • 36:01 Notre personnel est de plus en plus décentralisé dans les bureaux de pays à travers le monde ;
  • 36:07 nous avons également accru notre présence
  • 36:09 dans les pays fragiles et touchés par des conflits.
  • 36:13 Au cours des quatre dernières années, nous, la Banque mondiale,
  • 36:16 avons presque doublé notre présence dans les pays FCV,
  • 36:20 atteignant actuellement plus de 1 200 employés, dans des pays fragiles, en conflit et violents.
  • 36:28 Nous sommes fiers de notre réponse au COVID-19
  • 36:31 et nous remercions les actionnaires pour leur soutien.
  • 36:34 D'avril 2020 à juin 2021,
  • 36:38 nous avons engagé plus de 157 milliards de dollars,
  • 36:42 la plus grande réponse à la crise de notre histoire.
  • 36:45 Nous avons aidé des pays à faire face à l'urgence sanitaire
  • 36:48 et financé des vaccins contre le COVID-19
  • 36:52 dans 62 pays.
  • 36:54 Nous sommes heureux de nous associer à COVAX, AVAT,
  • 36:58 l'Union africaine et l'UNICEF sur notre priorité commune
  • 37:03 d'aider les pays à acheter et à déployer des vaccins.
  • 37:06 Notre soutien aux pays les plus pauvres atteint un niveau record,
  • 37:11 y compris des dons et des prêts hautement concessionnels
  • 37:14 aux pays éligibles pour emprunter auprès de l'IDA.
  • 37:17 Tout en aidant les pays à faire face à la crise pandémique,
  • 37:21 nous travaillons également à faciliter un développement
  • 37:23 vert, résilient et inclusif.
  • 37:27 Pour l'avenir, il reste encore beaucoup à faire
  • 37:30 pour garantir une reprise durable et une meilleure voie de développement pour tous.
  • 37:35 Le besoin de vaccins contre le COVID-19 reste massif
  • 37:39 et nous avons des financements facilement disponibles pour continuer à soutenir les pays.
  • 37:44 Les pays à revenu faible et intermédiaire sont confrontés à de nombreux défis simultanés.
  • 37:49 Certains sont confrontés à la fragilité, comme on le voit dans la Corne de l'Afrique
  • 37:52 et au Sahel.
  • 37:54 Et tous doivent fournir des services efficacement,
  • 37:58 financer des infrastructures résilientes, saisir les opportunités numériques
  • 38:03 et répondre au changement climatique.
  • 38:06 Avec la reconstitution de l'IDA plus tard cette année,
  • 38:09 les chefs d'État africains ont appelé les donateurs
  • 38:13 à faire preuve d'ambition pour soutenir la mission cruciale de l'IDA
  • 38:17 pour les pays les plus pauvres.
  • 38:19 Les autres parties de la Banque mondiale, la BIRD, la SFI et la MIGA
  • 38:24 continueront également de trouver des moyens d'augmenter les financements
  • 38:28 et de mobiliser davantage de ressources,
  • 38:31 y compris auprès du secteur privé.
  • 38:34 Cette crise sans précédent a déclenché une période de bouleversements.
  • 38:40 Les nombreux choix dans les années à venir
  • 38:42 détermineront si les pays en développement
  • 38:45 souffrent d'une décennie perdue ou peuvent inaugurer une croissance
  • 38:50 et une transformation économique rapides .
  • 38:52 J'ai décrit d'énormes efforts,
  • 38:55 apportant stabilité et croissance économiques,
  • 38:59 tirant parti de la révolution numérique, prenant des mesures fortes contre le changement climatique
  • 39:04 et investissant dans les personnes.
  • 39:06 Pour réussir, il faut la participation active
  • 39:10 des secteurs public et privé de tous les pays,
  • 39:13 des sociétés civiles et des fondations,
  • 39:16 voire de l'ensemble de la communauté internationale
  • 39:18 travaillant ensemble.
  • 39:20 Ces efforts exigent des dirigeants qu'ils soient ambitieux
  • 39:24 pour la prospérité des gens.
  • 39:26 Et ils nécessitent une concentration et une échelle tout au long de
  • 39:29 notre travail de développement.
  • 39:32 Alors que je parle aux gens ici au Soudan et que je
  • 39:35 vois les visages des jeunes dans cette salle,
  • 39:38 je suis optimiste quant au fait que nous aiderons les pays à
  • 39:42 éviter une décennie perdue.
  • 39:45 Alors que vous marchez sur votre chemin vers la paix, la prospérité et l'unité nationale,
  • 39:52 le Groupe de la Banque mondiale, ainsi que le reste de la communauté internationale,
  • 39:56 marchent à vos côtés.
  • 39:59 En travaillant ensemble, nous construirons un meilleur chemin de développement.
  • 40:03 L'histoire du Soudan est à vous de tracer.
  • 40:07 Merci beaucoup à tous.
  • 40:17 [Kholood Khair] Merci David.
  • 40:18 Veuillez me rejoindre sur l’estrade, David,
  • 40:21 où vont également nous rejoindre nos panélistes :
  • 40:25 Amal Elfatih, qui est experte en santé publique ;
  • 40:28 Yousif Yahya, qui est le fondateur
  • 40:30 et directeur général de Savannah Innovation Labs ;
  • 40:33 et Jawhratelkmal Kanu qui est économiste
  • 40:38 et fondatrice de l’Association économique des femmes soudanaises.
  • 40:50 Merci beaucoup de m’avoir rejoint.
  • 40:57 Bienvenue à vous tous.
  • 40:59 Je vais vous poser à tous la même question.
  • 41:05 Vous m’entendez tous ?
  • 41:07 Je vais vous poser à tous la même question
  • 41:08 et vous aurez environ trois minutes pour répondre.
  • 41:11 Le président Malpass a évoqué des enjeux critiques
  • 41:15 pour nous ici au Soudan.
  • 41:16 De votre point de vue, et compte tenu de vos domaines d’expertise,
  • 41:19 quels sont les domaines d’intervention qui produiront
  • 41:22 le plus de retombées positives pour les populations du Soudan ?
  • 41:25 En d’autres termes, quels sont les types de transformations qui sont nécessaires ?
  • 41:28 Jawhara, commençons par vous.
  • 41:30 [Jawhratelkmal Kanu] Merci Kholood.
  • 41:33 Merci Kholood pour la question.
  • 41:35 Bien sûr, je ne peux pas parler au nom de tous les Soudanais
  • 41:37 et vous ne m’avez accordé que trois minutes,
  • 41:39 mais je peux m’exprimer en me fondant sur ma formation en économie.
  • 41:43 En cette occasion particulière, je voudrais souligner quelques éléments importants.
  • 41:47 Le cœur du sujet ce sont les avancées économiques
  • 41:50 en cours au Soudan depuis deux ans.
  • 41:52 Nous voyons des progrès dans les indicateurs macroéconomiques
  • 41:56 qui se ressentent dans notre vie quotidienne.
  • 41:58 Cependant, nous constatons tous que
  • 42:00 beaucoup reste à faire.
  • 42:02 Et aujourd’hui, je voudrais mettre en évidence trois priorités
  • 42:05 essentielles de mon point de vue.
  • 42:06 La première c’est la répartition ou la redistribution
  • 42:10 des avantages économiques, mais aussi des écarts
  • 42:12 qui sont en train de se créer à travers le pays,
  • 42:13 et en particulier dans la capitale.
  • 42:15 Hulu, ma grand-mère paternelle,
  • 42:18 était agricultrice. Elle cultivait des graines de sésame
  • 42:21 dans sa petite ferme au village.
  • 42:23 Mais ma grand-mère qui contribuait directement aux exportations du Soudan,
  • 42:27 qui contribuait directement aux progrès économiques du Soudan,
  • 42:29 n’a jamais eu l’électricité dans son village.
  • 42:31 Elle n’a jamais eu de routes reliant son village à la grande ville la plus proche.
  • 42:34 Et même quand elle a contracté le paludisme, dont elle est finalement morte,
  • 42:37 elle n’a jamais eu accès à une hospitalisation.
  • 42:39 Et cela n’est pas vrai seulement pour ma grand-mère. C’est le cas de beaucoup de personnes à travers le Soudan.
  • 42:41 Il s’agit de millions de personnes, des millions d’agriculteurs,
  • 42:43 de millions d’hommes et de femmes.
  • 42:45 Et c’est pourquoi je pense que la redistribution est importante.
  • 42:47 Je pense qu’il est important pour les populations du Soudan,
  • 42:49 qui contribuent à l’économie du pays,
  • 42:51 de ressentir que leur contribution
  • 42:54 leur revient sous forme de services, entre autres.
  • 42:57 Cela incite également les personnes
  • 42:59 à contribuer à notre système fiscal lorsqu’elles voient les bénéfices ou les résultats
  • 43:03 de leurs paiements.
  • 43:04 L’autre élément que je voudrais souligner c’est
  • 43:07 la question de la participation des citoyens.
  • 43:08 Comme je l’ai dit, nous avons enregistré beaucoup de réformes économiques,
  • 43:11 mais dans quelle mesure les populations du Soudan sont au courant de ces réformes ?
  • 43:14 Dans quelle mesure les personnes sont-elles capables
  • 43:16 de juger et de simplement donner leur opinion
  • 43:20 sur ce qui se passe à deux ou à plusieurs
  • 43:22 niveaux différents de gouvernance ?
  • 43:24 Il est important que les populations le sachent, car, en fin de compte,
  • 43:27 ces décisions, même si elles sont
  • 43:30 prises ici à la capitale,
  • 43:31 elles ont une incidence sur leur vie quotidienne.
  • 43:33 En dernière analyse,
  • 43:35 ce sont ces personnes qui sont les plus touchées.
  • 43:38 Il ne suffit pas d’utiliser la télévision, la radio et les réseaux sociaux
  • 43:41 pour partager des informations sur ce qui se passe
  • 43:43 dans un pays dont moins de 60 % des citoyens
  • 43:45 ont accès à l’énergie et à l’électricité.
  • 43:47 Nous devons faire preuve de créativité dans les moyens
  • 43:49 que nous utilisons pour atteindre les populations dans les différentes régions.
  • 43:52 La deuxième priorité c’est la participation des citoyens, comme je l’ai indiqué.
  • 43:55 La dernière, cest le chômage des jeunes.
  • 43:57 Les jeunes s’entendent toujours dire : « Embrassez les nouveaux secteurs d’activité »,
  • 44:01 « Essayez l’entrepreneuriat », « Créez votre propre affaire »,
  • 44:04 ou « Allez dans la production », « Produisez plus »,
  • 44:07 « Retournez à l’agriculture », et j’en passe.
  • 44:09 Et c’est parfois un peu difficile de trancher,
  • 44:12 car mes pairs doivent prendre des décisions
  • 44:16 en ayant le choix entre deux options seulement : acquérir plus de compétences
  • 44:18 ou gagner sa vie.
  • 44:19 Et parfois, c’est une décision difficile à prendre
  • 44:21 parce que l’on n’a pas assez de ressources
  • 44:23 pour financer ces cours. Faut-il suivre des formations ou utiliser ce temps
  • 44:27 pour gagner sa vie au quotidien.
  • 44:31 Notre système éducatif n’est pas encore équipé
  • 44:33 pour encourager ce type d’innovation ou de carrière dans l’entrepreneuriat.
  • 44:38 D’un autre côté, s’agissant d’agriculture,
  • 44:40 encore une fois, l’on entend souvent : « Pourquoi tu ne crées pas ta propre ferme ? »
  • 44:44 « Pourquoi tu ne te mets à l’agriculture ? »
  • 44:47 Nous sommes au 21ème siècle. Je ne peux pas me mettre à l’agriculture
  • 44:49 avec les mêmes outils qu’utilisait ma grand-mère.
  • 44:51 Nous devons disposer d’infrastructures plus innovantes.
  • 44:54 Nous vivons dans un monde connecté,
  • 44:56 où nous constatons que dans les pays développés,
  • 45:00 les personnes utilisent différentes machines,
  • 45:02 différentes technologies dans l’agriculture et l’élevage.
  • 45:04 Je pense que nous ressentons le besoin de disposer d’infrastructures similaires
  • 45:07 pour nous permettre de nous lancer nous aussi dans ce domaine.
  • 45:11 En somme, le dernier élément que je tiens à souligner est que
  • 45:13 ce n’est pas uniquement la responsabilité de l’État, ni uniquement celle des citoyens.
  • 45:16 Il s’agit d’un effort collectif, de travailler tous ensemble
  • 45:19 afin de faire avancer ce pays.
  • 45:21 Je vous remercie.
  • 45:22 [Kholood Khair] Merci beaucoup, Jawhara.
  • 45:27 Yousif, je vous pose la même question :
  • 45:29 Quels sont les domaines prioritaires selon vous ?
  • 45:37 [Son faible]
  • 45:39 [Kholood Khair] Non, pas du tout.
  • 45:50 [Propos inaudibles] Pardon ?
  • 46:02 [Yousif Yahya] Très bien. C’est mieux maintenant ?
  • 46:04 Je peux parler maintenant si vous m’entendez.
  • 46:09 [Kholood Khair] Allez-y.
  • 46:12 [Yousif Yahya] D’accord, je peux parler si... [Propos inaudibles].
  • 46:17 [JAWHRATELKMAL KANU] Je pense que c’est nécessaire pour la diffusion en direct.
  • 46:20 [Yousif Yahya] [Propos inaudibles].
  • 46:24 [Kholood Khair] Nous allons peut-être passer la parole à Amal,
  • 46:26 le temps de régler votre problème de son, Yousif.
  • 46:28 Amal, du point de vue du capital humain, quelles sont, selon vous, les priorités
  • 46:34 actuelles et futures ?
  • 46:37 [Amal Elfatih] Eh bien, merci Kholood.
  • 46:39 C’est un moment passionnant et historique
  • 46:41 pour nous dans le secteur de la santé au Soudan.
  • 46:43 Un moment historique, car le secteur de la santé était le premier
  • 46:46 à collaborer à nouveau avec la Banque mondiale,
  • 46:48 après 30 années d’isolement.
  • 46:49 Et pour cela, nous sommes très reconnaissants
  • 46:51 aux équipes techniques de la Banque mondiale
  • 46:53 pour leur immense appui.
  • 46:54 C’est aussi moment passionnant, car il ouvre réellement des portes
  • 46:59 vers de nouveaux horizons infinis.
  • 47:01 Voir de tels partenariats se développer
  • 47:04 pour le meilleur intérêt de nos populations...
  • 47:07 La révolution soudanaise était une révolution unique.
  • 47:10 Elle a été portée par des jeunes femmes et des jeunes hommes
  • 47:14 avides de liberté, en quête d’un avenir meilleur,
  • 47:18 souhaitant simplement que notre secteur public
  • 47:20 soit à la hauteur de leurs aspirations.
  • 47:22 Cela ne peut se faire sans investir dans la jeunesse,
  • 47:25 sans dynamiser le secteur public et sans s’appuyer
  • 47:29 sur les jeunes
  • 47:31 afin d’en faire le nouveau visage de notre secteur public.
  • 47:34 Ma propre expérience dans la création et le développement
  • 47:37 d’un programme d’acquisition de jeunes talents
  • 47:40 pour la direction restructurée de la santé mondiale
  • 47:42 et le ministère fédéral de la Santé
  • 47:44 me permet de dire que c’est tout à fait réalisable,
  • 47:46 car cette expérience fut un grand succès.
  • 47:48 Nous avons réussi à attirer
  • 47:52 des jeunes talents, parmi lesquels 90 % de femmes
  • 47:54 qui sont aujourd’hui le cœur et l’âme
  • 47:56 de cette direction.
  • 47:57 C’est tout à fait possible et c’est un modèle évolutif
  • 48:00 qui mérite d’être ratifié et étudié.
  • 48:03 La répartition inéquitable des services
  • 48:05 à travers le Soudan est une question historique.
  • 48:07 C’est un problème constant qui remonte à très longtemps,
  • 48:09 et si la COVID-19 nous a enseigné une chose, c’est que,
  • 48:11 pour s’adapter, il faut faire preuve de résilience
  • 48:14 et accepter les nouvelles idées.
  • 48:16 Mon expérience dans la conduite d’un projet de numérisation
  • 48:19 du secteur de la santé au Soudan
  • 48:21 m’enseigne que, maintenant plus que jamais,
  • 48:24 nous sommes plus ouverts à nous faire soigner virtuellement que
  • 48:27 nous ne l’étions en 2016.
  • 48:28 Il n’est pas nécessaire d’avoir des moyens sophistiqués, de la haute technologie.
  • 48:31 Il peut suffire d’avoir une simple bande passante
  • 48:35 poussée à son maximum pour pouvoir aider nos populations
  • 48:38 aux quatre coins du pays.
  • 48:40 Dans des contextes aussi difficiles, avec des priorités concurrentes,
  • 48:45 dans une économie mise à rude épreuve,
  • 48:47 pour lutter contre les inégalités et réussir la décentralisation,
  • 48:49 je ne crois pas que la numérisation soit
  • 48:52 la réponse à tous nos problèmes.
  • 48:56 La COVID-19 n’a été une mince affaire.
  • 48:58 C’était une expérience très révélatrice pour nous tous.
  • 49:02 Elle a tout simplement redéfini la résilience comme étant la coopération et la solidarité.
  • 49:08 Pour un secteur public qui sort de
  • 49:10 30 années de destruction,
  • 49:12 cela signifie seulement que nous devons vraiment
  • 49:16 le redynamiser.
  • 49:17 Cela signifie simplement que nous devrons trouver un équilibre
  • 49:21 entre la nécessité de satisfaire nos besoins urgents,
  • 49:24 tout en créant stratégiquement
  • 49:27 un secteur public qui soit à la hauteur
  • 49:29 et qui soit stratégiquement orienté vers les 10 priorités
  • 49:33 de ce gouvernement de transition.
  • 49:35 Cela exige de nouvelles mentalités,
  • 49:38 une nouvelle âme.
  • 49:41 Et cela ne pouvait se traduire que par un élargissement
  • 49:44 de la base des partenaires.
  • 49:46 Non seulement en mobiliser de nouveaux,
  • 49:49 mais aussi faire collaborer de façon significative
  • 49:50 le secteur privé avec le secteur public, bien sûr,
  • 49:53 ainsi qu’avec nos organisations de la société civile.
  • 49:56 Merci Kohlood pour cette opportunité.
  • 49:57 Je suis vraiment reconnaissante d’être ici.
  • 49:59 [Kholood Khair] Merci beaucoup Amal.
  • 50:03 Je pense que nous pouvons maintenant revenir vers vous Yousif,
  • 50:05 vous donner l’occasion de...
  • 50:07 [Yousif Yahya] OK ? Parfait. C’est mieux maintenant ? Oui ? Merci beaucoup.
  • 50:10 Je vais commencer par intervenir à propos de la première partie,
  • 50:14 dont tout le monde a parlé.
  • 50:15 Grâce à mon travail à Savannah, j’ai côtoyé
  • 50:18 beaucoup de Soudanais brillants, des entrepreneurs et des personnes créatives.
  • 50:22 Et en regardant simplement cet écosystème,
  • 50:25 l’on se rend compte qu’il est
  • 50:27 aussi divers que le Soudan.
  • 50:29 Donc, quand nous parlons de la participation des jeunes,
  • 50:31 je pense que les futurs acteurs du changement au Soudan devraient avoir une place autour de la table
  • 50:35 afin de prendre part à la création des politiques qui a cours actuellement.
  • 50:38 Il ne s’agit pas seulement de consulter les jeunes
  • 50:39 tout en essayant de mettre en œuvre des programmes sans eux,
  • 50:41 mais de les inclure au moins en partie dans le processus de mise en œuvre
  • 50:44 de ces programmes, car si nous mettons en place des politiques
  • 50:48 qui vont porter le Soudan vers le futur,
  • 50:50 politiques qui sont censées servir cette communauté,
  • 50:52 alors cette dernière doit être activement impliquée dans leur création.
  • 50:56 La jeunesse soudanaise a participé
  • 50:59 à de nombreuses initiatives panafricaines,
  • 51:01 qui ont façonné la politique des start-ups au Rwanda,
  • 51:05 la politique des start-ups au Nigéria. Et, tout récemment au Nigeria,
  • 51:08 une des communautés dont nous faisons partie
  • 51:12 a donné naissance à deux licornes
  • 51:15 dans le secteur des paiements numériques.
  • 51:17 Ce sont des start-ups qui valent des milliards de dollars,
  • 51:18 et ce n’est pas parce qu’elles ont reçu de l’aide
  • 51:21 d’une organisation internationale,
  • 51:22 un financement ou une subvention du gouvernement. Absolument pas.
  • 51:25 Elles ont trouvé un écosystème véritablement favorable
  • 51:28 créé par le gouvernement.
  • 51:30 Elles ont trouvé un environnement réellement favorable
  • 51:32 du côté du secteur privé.
  • 51:33 C’est pourquoi je suis ici pour lancer un appel aux décideurs
  • 51:36 et au secteur privé au Soudan.
  • 51:39 En outre, nous sommes en plein dans la quatrième révolution industrielle.
  • 51:42 Certains parlent de voitures autonomes.
  • 51:44 D’autres parleront d’agriculture autonome
  • 51:46 et de bien d’autres choses.
  • 51:47 Le système éducatif actuel du Soudan
  • 51:50 ne favorise rien de tout cela.
  • 51:52 Nous ne pouvons pas faire table rase de notre système éducatif,
  • 51:55 mais nous pouvons y injecter des éléments qui vont
  • 51:58 l’aider et favoriser sa modernisation.
  • 51:59 La numérisation ne signifie pas licencier du personnel
  • 52:04 ni quoi que ce soit du même ordre.
  • 52:05 Les personnes s’adaptent
  • 52:07 comme vous l’avez indiqué, Monsieur le président.
  • 52:09 Huit Soudanais sur dix possèdent des téléphones portables.
  • 52:12 Alors, comment pouvons-nous exploiter cette opportunité afin
  • 52:15 de ne pas rester à la traîne par rapport au reste du monde ?
  • 52:17 Le Soudan est actuellement un consommateur net de données,
  • 52:21 dans le sens où nous ne contribuons pas aux applications
  • 52:24 qui sont mises en ligne, pour ne citer que cet exemple.
  • 52:26 Alors, quand Mark Zuckerberg parle
  • 52:28 de Métavers,
  • 52:29 De réalité augmentée et de réalité virtuelle,
  • 52:31 nous devons nous assurer que dans 30 ans
  • 52:33 nous ayons contribué à créer ce qui se passe aujourd’hui,
  • 52:36 de façon à ne pas être à nouveau en retrait de l’histoire.
  • 52:39 Exactement comme cela s’est produit au cours des 30 dernières années.
  • 52:43 Enfin, et surtout, je pense qu’il est très important
  • 52:46 d’inculquer l’éthique de la collaboration et de la coopération
  • 52:51 aux jeunes Soudanais, et aux Soudanais dans leur ensemble, dans tous les domaines.
  • 52:54 En effet, si nous voulons réussir,
  • 52:56 nous allons devoir le faire ensemble.
  • 52:57 C’est ainsi que nous pourrons trouver une vision commune de
  • 53:00 l’avenir du Soudan,
  • 53:02 et le Soudan pourra prendre la place qui lui revient légitimement,
  • 53:04 non seulement sur le continent mais aussi dans le monde.
  • 53:07 Comme nous le voyons,
  • 53:09 partout ailleurs dans le monde,
  • 53:10 il y a déjà un cadre bien en place.
  • 53:12 La diaspora soudanaise joue un rôle
  • 53:13 dans tous les pays où elle se trouve.
  • 53:15 Le problème au Soudan est que le cadre a encore besoin d’être organisé,
  • 53:19 c’est une feuille blanche, c’est une belle feuille blanche
  • 53:22 et nous avons tous les outils
  • 53:24 et tout l’appui nécessaire, avec tous ceux qui sont présents dans cette salle
  • 53:26 pour permettre de dessiner et de construire
  • 53:28 le Soudan que nous imaginons vraiment.
  • 53:29 Merci beaucoup.
  • 53:35 [Kholood Khair] Je crains que nous soyons quasiment à la fin de notre diffusion en direct,
  • 53:37 mais avant de partir, j’aimerais inviter David
  • 53:39 à partager avec nous ses dernières observations.
  • 53:41 Vous avez entendu nos intervenants, mais qu’est-ce les questions
  • 53:43 que vous avez soulevées pourraient signifier pour le Soudan ?
  • 53:47 Que voudriez-vous que l’assistance retienne ?
  • 53:49 S’il ne fallait retenir qu’une chose de ces échanges, quelle serait-elle ?
  • 53:52 [David Malpass] J’ai écouté les orateurs avec grand intérêt.
  • 53:55 Alors, une chose à retenir ou une observation que je ferais, c’est que
  • 53:59 le Soudan est en plein processus de création d’une nation
  • 54:02 et il sera —il est—
  • 54:05 l’une des plus grandes nations du monde.
  • 54:07 Cela signifie que les populations trouveront leur chemin
  • 54:09 et travailleront ensemble pour trouver une issue pacifique à la situation.
  • 54:12 Tout ce que vous avez décrit
  • 54:15 fait partie de ce chemin.
  • 54:17 Je me demandais comment les populations...
  • 54:20 [Kholood Khair] Je ne vous coupe pas, David, veuillez utiliser le micro à main,
  • 54:23 ainsi tout le monde pourra peut-être vous entendre plus facilement.
  • 54:27 [David Malpass] Comment les gens partout au Soudan savent
  • 54:31 que des réformes sont en cours ?
  • 54:33 Je parle, par exemple, des réformes économiques.
  • 54:35 Il y a moins de pénuries, moins de files d’attente
  • 54:39 pour se procurer du pain ou du carburant,
  • 54:41 et c’est connu de tous.
  • 54:44 Et tout le monde voit peut-être
  • 54:46 l’appui de la communauté internationale,
  • 54:49 tout comme il y a des défis qui devraient se remarquer.
  • 54:53 Le Soudan sort de son isolement
  • 54:57 et voit combien
  • 55:00 la Banque mondiale veut vous voir réussir.
  • 55:03 Le monde entier veut que le Soudan
  • 55:06 réussisse au bout de cet effort.
  • 55:08 Je pensais aux entreprises
  • 55:12 que vous avez tous décrites,
  • 55:13 à l’importance d’impliquer les jeunes
  • 55:16 et d’autoriser les nouvelles
  • 55:18 approches économiques, y compris dans l’agriculture.
  • 55:21 À mesure que le Soudan se transforme, ce secteur utilise plus d’équipements,
  • 55:27 augmente sa productivité, diversifie
  • 55:31 ses marchés d’exportation ou ses marchés intérieurs.
  • 55:35 Tout cela est à la portée du Soudan à mesure qu’il suit ce processus.
  • 55:43 Et comment les jeunes travaillent ensemble
  • 55:46 au sein d’un système
  • 55:49 qu’ils peuvent changer et créer...
  • 55:52 Cela va être le chemin décisif à suivre.
  • 55:54 Je réaffirme simplement que la Banque mondiale veut aider là où elle le peut.
  • 56:00 Notre personnel est désireux d’apporter son aide,
  • 56:03 mais c’est au Soudan lui-même de fixer le cap.
  • 56:06 Et ce que nous avons entendu aujourd’hui nous a rassuré à cet égard.
  • 56:08 [Kholood Khair] Merci beaucoup David.
  • 56:14 En ce qui me concerne, le message clé à retenir c’est que, pour le Soudan,
  • 56:17 la COVID-19 et la transition conduite par des civils,
  • 56:20 offrent à différents égards
  • 56:21 une chance qui n’arrive qu’une fois dans une génération
  • 56:23 de reconstruire, mais aussi de reconstruire en mieux.
  • 56:26 Le pays connaît des transitions multiples.
  • 56:29 Le Soudan peut ainsi se saisir de cette opportunité
  • 56:32 pour s’ouvrir et mettre en place des mécanismes de gouvernance solides
  • 56:37 et une collaboration à tous les niveaux, comme l’ont dit nos intervenants,
  • 56:40 pour lutter contre les inégalités économiques, les effets du changement climatique,
  • 56:43 que nous ressentons chaque année, accroître les possibilités à l’échelle nationale
  • 56:47 et fixer un nouveau cap pour favoriser l’émergence d’un pays qui fonctionne pour tous,
  • 56:49 comme vous l’avez indiqué plus tôt, David.
  • 56:51 Je suis certaine que nous pouvons promouvoir ensemble ce programme d’action.
  • 56:55 Vous pouvez continuer à suivre les débats
  • 56:57 pendant les Assemblées annuelles du Groupe de la Banque mondiale.
  • 57:00 Rendez-vous sur live.worldbank.org pour plus d’informations sur les événements
  • 57:04 qui débuteront le 11 octobre.
  • 57:07 Joignez-vous à moi… Il nous reste juste le temps d’écouter Amal.
  • 57:12 Je voulais vous donner l’occasion de revenir sur
  • 57:14 un aspect particulier que vous avez abordé,
  • 57:16 à savoir le capital humain, avant de conclure,
  • 57:18 car je pense que votre expérience dans le secteur public
  • 57:21 complète parfaitement celle que nous avons entendue à propos du secteur privé.
  • 57:25 Si vous voulez bien, tout juste en 10 secondes, nous en dire plus.
  • 57:29 [Amal Elfatih] Ce sera difficile en 10 secondes, mais ce que j’essaie de dire c’est que
  • 57:32 le secteur public, tel que nous le voyons aujourd’hui,
  • 57:38 soulève beaucoup d’espoirs quant au fait que
  • 57:40 nous, les jeunes, en représentons aujourd’hui l’avenir.
  • 57:44 Et je parle uniquement de l’avenir du secteur public.
  • 57:47 Il faudra de la collaboration et la volonté de le redynamiser
  • 57:50 en y injectant du sang neuf,
  • 57:52 c’est-à-dire des jeunes talents.
  • 57:55 Mon expérience au cours de l’année écoulée
  • 57:59 m’enseigne simplement que nous pouvons vraiment construire
  • 58:02 en nous appuyant sur la passion de nos jeunes.
  • 58:04 Nous pouvons vraiment nous appuyer sur leur intérêt
  • 58:06 à servir pour le meilleur de ce pays.
  • 58:08 Et ils sont prêts et passionnés.
  • 58:10 Ils sont vraiment, vraiment talentueux.
  • 58:12 S’ils sont vraiment pris en compte dans nos systèmes publics…
  • 58:15 Encore une fois, nous n’avons pas ce luxe,
  • 58:17 nous sommes censés être dans un contexte,
  • 58:20 dans une situation, que nous n’avons d’autre choix
  • 58:22 que de redresser au fur et à mesure que nous avançons sur ce chemin.
  • 58:25 Cela rend les choses vraiment difficiles pour nous tous,
  • 58:27 nous tous présents dans cette salle aujourd’hui.
  • 58:30 Trouver cet équilibre va être très difficile.
  • 58:33 Ce n’est pas facile, et seule la collaboration et la coopération
  • 58:37 avec nos jeunes talents et la nouvelle génération
  • 58:41 permettront de façonner cette nouvelle vision. Ils sont l’avenir d’un secteur public
  • 58:44 pour les 30 prochaines années
  • 58:46 qui soit différent de celui des 30 précédentes.
  • 58:47 Mais aussi, avec l’ouverture, que nous voyons,
  • 58:50 avec notre communauté internationale, avec la Banque mondiale,
  • 58:53 et aussi avec notre secteur privé, qui nous accompagne sur ce chemin.
  • 58:57 [Kholood Khair] Merci beaucoup.
  • 58:58 Vous avez fait plus de 10 secondes, mais je vous pardonne
  • 59:00 parce que c’était une contribution très importante.
  • 59:02 Joignez-vous à moi pour remercier David Malpass
  • 59:05 et nos panélistes Jawhara Kanu, Yousif Yahya et Amal Elfatih
  • 59:09 pour leurs contributions.
  • 59:11 [Amal Elfatih] Merci beaucoup.
  • 59:15 [Kholood Khair] Et à nos téléspectateurs en ligne,
  • 59:17 merci beaucoup de nous avoir regardé. Au revoir.
Revivez la discussion !

Les Assemblées 2021 en direct et en replay

Assemblées annuelles 2021

ASSEMBLÉES ANNUELLES 2021

Rejoignez-nous en ligne à l’occasion des Assemblées annuelles 2021 du Fonds monétaire international (FMI) et du Groupe de la Banque mondiale, posez vos questions et faites part de votre point de vue.

Ne manquez pas les événements publics organisés par le Groupe de la Banque mondiale :

11 oct. : La croissance et la crise
12 oct. : Mettre fin à la pandémie
13 oct. : Conférence de presse
14 oct. : Maximiser l'action climatique
15 oct. : Le commerce à la rescousse

 

Restez informé(e) des événements à venir !

Language: